Les Métiers les plus Rémunérés au Maroc sur les 10 Dernières années

Les Métiers les plus Rémunérés au Maroc sur les 10 Dernières années.
Dans le Secteur Public


Les Métiers les plus Rémunérés au Maroc sur les 10 Dernières années.

La rémunération mensuelle moyenne nette dans la fonction publique a connu une hausse de 24,38% sur la période 2010-2020, soit de 6.550 dirhams à 8.147 dirhams, ce qui représente une augmentation annuelle moyenne de 2,21%, indique le rapport sur les ressources humaines annexé au projet de loi de finances (PLF) relatif à l’année 2021.

Le salaire net moyen relevé au département de la Justice a atteint 12.001 DH contre respectivement 9.524, 9.203, 8.220 et 6.637 DH constatés au niveau des départements de la Santé, de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur, de l’Economie, des Finances et de la Réforme administrative, ainsi que celui de l’Intérieur.

Par ailleurs, la répartition du salaire mensuel moyen net par catégorie d’échelles fait ressortir que le personnel de direction appartenant aux échelles de salaire inférieures ou égales à 6, touche 4.919 DH, tandis que le personnel de maîtrise relevant des échelles de salaire 7 à 9 gagne 5.395 DH.

Pour la catégorie des cadres et des cadres supérieurs (échelle 10 et au-delà), ceux-ci touchent en moyenne un salaire mensuel net de 9.653 DH.

Par fourchette de rémunération, le rapport indique, également, que 8,54% des fonctionnaires de l’Etat reçoivent un salaire mensuel net variant entre 3.000 DH et 4.000 DH, tandis que près de 34,06% des fonctionnaires ont une rémunération mensuelle nette inférieure ou égale à 6.000 DH.

Quant à la proportion des fonctionnaires qui reçoivent une rémunération comprise entre 6.000 DH et 14.000 DH, elle atteint 59,47%.



Dans le Secteur Privé


Les Métiers les plus Rémunérés au Maroc sur les 10 Dernières années.

Pour la première fois, le cabinet de recrutement Michael Page publie une étude sur les métiers les plus rémunérés au Maroc, durant les 10 dernières années au Maroc. Une opportunité pour faire le point sur les postes les plus rémunérateurs et les plus attractifs du Royaume.

Pour pouvoir négocier son salaire, il faut indispensablement disposer de données pertinentes sur les salaires appliqués sur le marché du travail. Cependant, que ce soit au Maroc ou sur le continent africain, rares sont les études qui apportent des éléments concrets en la matière. Ainsi, le cabinet Michael Page, vient combler cette lacune en publiant et pour la première fois une étude sur les rémunérations en vigueur dans le royaume grâce à une analyse portant sur 9 secteurs et 10 métiers différents.

Pour atteindre cet objectif, le groupe spécialisé dans les activités de recrutement a fait appel aux expériences et témoignages de quelques milliers de salariés ayant un statut de cadre, exerçant au sein de 100 entreprises marocaines mais aussi étrangères installées au Maroc.

Les métiers avec la plus forte croissance salariale

Toujours selon cette enquête, les rémunérations des métiers de la vente, de la finance ainsi que de la comptabilité et l’hôtellerie sont en hausse. Et, ce sont les vendeurs qui tirent le mieux leur épingle du jeu, puisqu’ils sont sollicités par tous les secteurs et que leurs salaires augmentent à tous les niveaux de qualification.


Rémunération des Postes de la Vente dans le secteur industriel en 2019

Rémunération des Postes de la vente dans le secteur industriel en 2019
Rémunération des Postes de la vente dans le secteur industriel en 2019
Rémunération des Postes de la vente dans le secteur industriel en 2019

Rémunération des fonctions de la Vente dans le secteur des Hautes Technologies/Logiciels/Matériel/Web en 2019

Rémunération des fonctions de la Vente dans le secteur des Hautes Technologies/Logiciels/Matériel/Web en 2019

Les financiers, quant à eux, jouissent du dynamisme du marché de l’emploi. Toutefois, ils devront tout de même s’adapter ainsi aux nouvelles conditions exigées par les recruteurs : « anticipation, coopération, management de l’innovation et de la complexité, ainsi que leadership » constituent en effet les nouvelles capacités relationnelles qu’il est nécessaire de maîtriser d’après les auteurs de l’étude.


Les Rémunérations des Hauts Cadres de la Finance en 2019

Les Rémunérations des Hauts Cadres de la Finance en 2019

La rémunération des Comptables en 2019

La rémunération des Comptables en 2019

Les Rémunération des fonctions de Contrôle de gestion, de Consolidation et d’audit interne en 2019


Tout aussi porteur et en croissance depuis 2016, le tourisme marocain supporte le recrutement dans le domaine de l’hôtellerie. Du chef de réception, à la direction générale, les rémunérations sont en progression. Par ailleurs, cette bonne santé de ce secteur permet également de profiler les fonctions satellites :  » Afin de se constituer des offres traditionnelles ou novatrices et les commercialiser, un établissement embauche des profils marketing, un responsable des relations publiques ou bien encore des responsables de partenariats « , soulignait l’étude.


Les Rémunération dans le secteur de l’Hôtellerie et de la Restauration en 2019

Les Rémunération dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration en 2019

Déclin de la construction et de l’immobilier

« Au fur et à mesure que nous pénétrons le marché marocain, nous constatons qu’il se structure », explique Imad Gourari, directeur Maroc de Michael Page. « Les entreprises se lancent dans des tendances plus précises en matière de salaires et établissent des grilles salariales, même si celles-ci sont parfois peu respectées », ajoute-t-il.

Cependant, les secteurs les plus structurés sont loin d’être les plus porteurs sur le plan de la rémunération.  » Nous observons ainsi une tendance baissière dans les secteurs qui sont déjà matures, comme la construction et l’immobilier « , souligne le dirigeant. Toujours selon l’étude, les rémunérations pratiquées dans ces secteurs tendent à la stagnation ou à la baisse.


Les métiers du digital

l’évolution est similaire dans le domaine des services informatiques et des métiers du numérique. Devant une concurrence internationale également intéressée par les compétences marocaines, les sociétés marocaines doivent faire face à une fuite des cerveaux entraînant une hausse des salaires. Une hausse qui est loin de convaincre les candidats ayant décidé de vivre une expérience internationale à rester au Maroc.

Laisser Un Commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. * Les champs requis sont indiqués